J’ai toujours aimé le sport, mais je n’ai jamais été un grand athlète. Même si j’aurais aimé partager ma passion dans un vestiaire sportif, je dois maintenant me contenter de regarder les matchs de mes sports favoris à la télé… C’est un compromis qui ne satisfait toutefois pas mon envie d’être près de l’action, au contraire. Depuis quelques temps, j’ai commencé à m’intéresser aux divers emplois reliés au sport. Journaliste sportif, arbitre, entraîneur, et puis j’ai commencé à m’informer sur le métier de physio. Ce qui est bien avec ce métier, c’est qu’on travaille directement avec les athlètes, sans intermédiaires, et qu’on a un impact à court, moyen et long terme sur leurs performances. Bien entendu, on ne devient pas physiothérapeute sportif chez les professionnels du jour au lendemain. Il faut franchir certaines étapes, En voici quelques-unes incontournables :

Les études

En premier lieu, il faut compléter un BACC en sciences de la santé à l’université d’une durée de trois ans. Le Baccalauréat touche aux trois principales branches de la physiothérapie : neurologique, musculo-squelettique et cardiovasculaire. Même après l’obtention de son diplôme, l’étudiant ne peut pas pratiquer immédiatement, il doit tout d’abord compléter une maîtrise en sciences de la physiothérapie d’une durée d’un an pour pouvoir répondre aux exigences de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ). La maîtrise inclue des périodes de stages en clinique qui permettent au futur physiothérapeute d’apprendre le travail de terrain.

L’Ordre

Au Québec, il est strictement obligatoire d’avoir un permis pour pratiquer la physiothérapie. Ce permis est délivré par l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec lorsque le candidat rencontre une des trois exigences suivantes :

  • Avoir complété le parcours scolaire mentionné plus haut
  • Avoir suivi une formation jugée équivalente (détails ici)
  • Avoir une autorisation légale pour pratiquer la physiothérapie en dehors du Québec (détails ici)

Outre ces exigences, le candidat doit également s’acquitter de toute charge d’étude non payée au dossier, si c’est le cas. Il devra également démontrer ses aptitudes d’écriture en langue française, conformément à la Charte de la langue française. Ensuite, comme pour à peu près tous les Ordres professionnels, vous devrez respecter certaines conditions pour conserver votre titre. Par exemple, certaines formations obligatoires doivent être suivies lorsque nécessaire.

La pratique

Ce qui est intéressant avec une formation en physiothérapie, c’est qu’elle ouvre beaucoup de portes différentes. Ainsi, vous pourrez travailler en clinique privée, en clinique sportive, dans un hôpital, dans un foyer pour personnes âgées et même comme enseignant. Selon vos préférences, vous serez assurément capable de trouver chaussure à votre pied en matière de milieu de travail.

Si, comme moi, vous adorez le sport mais que vous êtes meilleur sur les lignes de côté que dans le feu de l’action, la physiothérapie sportive est peut-être pour vous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Post Navigation